fbpx

Termes et conditions

Article 1. DEFINITIONS

Les définitions écrites ci-dessous avec une majuscule ont la signification suivante dans le contexte des présentes conditions générales:
a. Règlements professionnels: les règles professionnelles et de déontologie auxquelles tous les comptables sont tenus de s’inscrire dans le registre des auditeurs de la NBA;
b. Documents: toutes les informations ou données mises à la disposition du contractant par le client; toutes les données produites ou collectées par le contractant dans le cadre de l’exécution du mandat / de la convention; et toute autre information pertinente pour l’exécution ou la réalisation de la mission. Les informations susmentionnées peuvent ou non avoir été stockées sur des supports de données physiques ou non matériels et avoir été placées ou non avec des tiers;
c. Employé: une personne physique travaillant pour ou associée avec le contractant, qu’elle soit ou non sous contrat de travail;
d. Cession / Accord: le contrat de cession par lequel l’entrepreneur s’engage envers le client à effectuer certains travaux.
e. Client: la personne physique ou morale qui a chargé l’entrepreneur d’exécuter les travaux;
f. Contractant: le bureau qui a accepté la mission. Toutes les cessions ne sont acceptées et exécutées que par le bureau, et non par ou au nom d’un employé individuel, même si le client a expressément ou tacitement accordé la cession en vue de son exécution par un employé particulier ou certains employés. Les articles 7: 404, 7: 407, paragraphes 2 et 7: 409 du code civil néerlandais sont expressément exclus.
g. Travaux: tous les travaux et travaux devant être exécutés par l’entrepreneur pour le compte du client, qui ont été commandés et acceptés par l’entrepreneur, ainsi que tous les travaux et travaux qui en découlent pour l’entrepreneur.

Article 2. Applicabilité

1. Les présentes conditions générales s’appliquent à: toutes les offres, devis, commandes, relations juridiques et accords, quelle que soit leur dénomination, dans lesquels le contractant s’engage à effectuer des travaux pour le client, ainsi que tous les travaux qui en découlent pour le contractant.
2. Les modifications et les ajouts à la Commande et / ou aux présentes conditions générales ne sont valables que s’ils ont été expressément convenus par écrit dans, par exemple, un Contrat (écrit) ou une confirmation de commande (ultérieure).
3. Si une condition des présentes conditions générales s’écarte d’une condition de la confirmation de commande, la condition incluse dans la confirmation de commande s’applique à la contradiction.
4. Les présentes conditions générales s’appliquent également à toute mission supplémentaire ou de suivi.
5. Les conditions générales du client sont explicitement rejetées par le contractant.
6. Les présentes conditions générales peuvent également être invoquées par les personnes physiques et morales qui participent directement ou indirectement de quelque manière que ce soit, que ce soit sur la base d’un contrat de travail ou non, à la fourniture de services au Client par ou pour le compte du Contractant.

Article 3. DÉTAILS DU CLIENT

1. Le client est tenu de mettre à la disposition de l’entrepreneur tous les documents dont il a besoin, à son avis, pour la bonne exécution de la mission attribuée, sous la forme souhaitée, de la manière souhaitée et dans les délais impartis. Le contractant détermine ce qui doit être compris en temps voulu, la forme et la manière souhaitées.
2. Le client garantit l’exactitude, la complétude et la fiabilité des documents fournis par lui, même s’ils proviennent de tiers, dans la mesure où la nature de la mission n’indique pas le contraire.
3. Le client garantit le contractant contre les dommages résultant de documents incorrects ou incomplets.
4. Pour le compte et aux risques du client, les coûts et heures supplémentaires encourus par l’entrepreneur, ainsi que les autres dommages causés à l’entrepreneur, du fait que le client n’a pas fourni, ne fournit pas en temps voulu ou de manière appropriée les documents nécessaires à l’exécution des travaux.
5. En cas de transmission électronique d’informations – y compris (mais sans s’y limiter) les déclarations fiscales, les comptes annuels, les rapports – du Client (et pour son compte) par le Contractant à des tiers, le Client est réputé être la partie qui signe et envoie les informations pertinentes. .
6. Le contractant a le droit de suspendre l’exécution de la mission jusqu’à ce que le client ait rempli les obligations énoncées au premier alinéa.
7. À la première demande écrite du client, l’entrepreneur retournera les documents originaux fournis par le client au client.

Article 4. CONTRAT DE PERFORMANCE

1. Le contractant exécute la mission au mieux de ses capacités et dans le respect des lois et règlements (professionnels) applicables.
2. Le contractant détermine la manière dont la mission est effectuée et par quel (s) employé (s).
3. L’entrepreneur a le droit de faire effectuer les travaux par un tiers à désigner par lui.

Article 5. RÈGLEMENT (PROFESSIONNEL)

1. Le client adhère pleinement aux obligations qui incombent au contractant en vertu de la réglementation (professionnelle) applicable.
2. Le contractant prendra les mesures appropriées pour protéger les données personnelles et autres informations confidentielles provenant du client. L’entrepreneur informera les employés et les tiers à engager de la nature confidentielle de l’information. Le traitement des données à caractère personnel par le contractant est effectué conformément aux lois (inter) nationales et aux réglementations (professionnelles) applicables dans le domaine de la protection des données à caractère personnel.
3. Le client est conscient que, dans certains cas, le contractant sera tenu de divulguer les informations confidentielles du client sur la base de la législation (inter) nationale ou de la réglementation (Professionnelle). Dans la mesure où cela est nécessaire, le client donne son consentement et coopère à cette divulgation, y compris (mais pas exclusivement) dans les cas où le contractant:
a) décrits dans la législation et les réglementations (professionnelles) et au cours de l’exercice de ses activités, les transactions inhabituelles connues ou prévues doivent en informer les autorités désignées à cet effet par le gouvernement;
b. doit signaler la fraude dans certaines situations;
c. est tenu de mener une enquête sur (l’identité du) client ou de son client.
4. L’entrepreneur décline toute responsabilité pour les dommages causés au client du fait de sa conformité à la législation et à la réglementation (professionnelles) applicables.
5. Les parties vont imposer leurs obligations aux tiers en vertu du présent article.

Article 6. PROPRIETE INTELLECTUELLE

1. L’exécution de la cession par le contractant n’inclut pas également le transfert des droits de propriété intellectuelle dévolus à ce dernier. Tous les droits de propriété intellectuelle découlant de l’exécution de la mission ou résultant de celle-ci appartiennent à l’entrepreneur.
2. Il est expressément interdit au client de reproduire, de divulguer ou d’exploiter les produits sur lesquels reposent les droits de propriété intellectuelle du contractant ou les produits sur lesquels reposent les droits de propriété intellectuelle à l’égard desquels le contractant a acquis les droits d’utilisation. Ceci inclut (sans s’y limiter): les programmes informatiques, les conceptions de système, les méthodes de travail, les conseils, les contrats (modèles), les rapports, les modèles, les macros et autres produits mentaux.
3. Le client n’est pas autorisé à mettre les produits mentionnés au deuxième paragraphe à la disposition de tiers sans le consentement écrit préalable de l’entrepreneur. Ceci ne s’applique pas si le client souhaite obtenir un avis d’expert sur l’exécution des travaux par l’entrepreneur. Dans ce cas, le client imposera ses obligations en vertu du présent article aux tiers qu’il engage.

Article 7. FORCE MAJEURE

1. Si les parties ne peuvent pas, ne respectent pas dans les délais prévus ou ne remplissent pas correctement les obligations découlant du Contrat en raison d’un cas de force majeure au sens de l’art. 6:75 BW, ces obligations sont suspendues jusqu’au moment où les parties sont toujours en mesure de les respecter de la manière convenue.
2. Si la situation visée au premier alinéa se présente, les parties ont le droit de résilier le contrat en totalité ou en partie et avec effet immédiat, sans avoir droit à aucune indemnité.
3. Si le contractant a déjà partiellement rempli les obligations convenues au début du cas de force majeure, il est en droit de facturer les travaux exécutés séparément et dans l’intervalle et le client doit payer cette facture comme s’il s’agissait d’une transaction distincte.

Article 8. HONORAIRE ET FRAIS

1. Les travaux exécutés par l’entrepreneur seront facturés au client en fonction du temps passé et des coûts supportés, à moins que les parties n’en conviennent expressément autrement, comme le paiement d’un prix fixe. Le paiement de la taxe ne dépend pas du résultat des travaux, sauf convention contraire écrite. Le temps de déplacement et les frais d’hébergement liés aux travaux seront facturés séparément.
2. Outre les frais, les coûts engagés par le contractant et les factures de tiers engagés par ce dernier seront facturés au client.
3. Le contractant a le droit de demander le paiement d’une avance au client. Le défaut de payer l’avance (à temps) peut être une raison pour que l’entrepreneur suspende les travaux (temporairement).
4. Si, après la conclusion de la convention, mais avant que la mission ne soit entièrement mise en œuvre, les frais ou les prix changent, le contractant a le droit d’ajuster le tarif convenu, sauf convention contraire expresse.
5. Si la loi l’exige, la taxe de vente sera facturée séparément sur toutes les sommes dues par le client à l’entrepreneur.

Article 9. PAIEMENT

1. Le client doit payer les montants dus à l’entrepreneur sans que le client puisse prétendre à une déduction, à un escompte, à une suspension ou à une compensation, dans les 30 jours suivant la date de facturation, sauf convention contraire. Le jour du paiement est le jour du transfert du montant dû sur le compte de l’entrepreneur.
2. Si le client n’a pas payé dans le délai spécifié au premier alinéa, le client sera défaillant de plein droit et le contractant sera en droit de facturer les intérêts légaux (commerciaux) à partir de ce moment.
3. Si le client n’a pas payé dans le délai spécifié au premier alinéa, le client est tenu de rembourser tous les frais judiciaires et extrajudiciaires (de recouvrement) réellement exposés par le contractant. Le remboursement des frais engagés ne se limite pas à une ordonnance de frais déterminée par le tribunal.
4. En cas de cession conjointe, les clients sont conjointement et solidairement responsables du paiement du montant de la facture, des intérêts dus et des frais.
5. Si la position financière ou le comportement de paiement du client de l’avis du contractant le justifient, ou si le client omet de payer une avance ou une facture dans les délais spécifiés, le contractant est en droit d’exiger que le client fournit une sécurité (supplémentaire) sous une forme à déterminer par l’entrepreneur. Si le client ne fournit pas la sécurité requise, le contractant est autorisé, sans préjudice de ses autres droits, à suspendre immédiatement l’exécution du contrat et tout ce que le client lui doit, quelle qu’en soit la raison, est immédiatement exigible.

Article 10. DELAIS

1. Si un délai / une date a été convenu entre le client et le contractant dans lequel la cession doit être effectuée et que le client omet de: (a) payer une avance – si convenu – ou (b) les documents nécessaires en temps utile, dans leur intégralité et dans les délais souhaités pour le rendre disponible sous la forme et de la manière souhaitées, le client et l’entrepreneur entameront des consultations au sujet d’un nouveau terme / d’une nouvelle date à laquelle la mission doit être effectuée.
2. Les délais dans lesquels les travaux doivent être terminés ne peuvent être considérés comme une échéance stricte que si cela a été explicitement convenu (par écrit) entre le client et l’entrepreneur.

Article 11. RESPONSABILITÉ ET INDEMNITÉS

1. Le contractant n’est pas responsable des dommages subis par le client du fait que le client ne lui a pas fourni de documents incorrects ou incomplets, ou parce que ceux-ci n’ont pas été livrés à temps. Cela inclut également la situation dans laquelle le contractant n’est pas en mesure de déposer les documents annuels dans les délais légaux auprès de la chambre de commerce à la suite d’un acte ou d’une omission de la part du client.
2. L’entrepreneur n’est pas responsable des dommages indirects, notamment des pertes de profit, des économies manquées, des dommages consécutifs à une interruption des activités, des dommages indirects ou des dommages indirects résultant de la défaillance de l’entrepreneur.
3. La responsabilité de l’entrepreneur se limite à l’indemnisation des dommages directs résultant directement d’une (ou de plusieurs) série (s) connexe (s) de manquement dans l’exécution de la cession. Cette responsabilité pour les dommages directs est limitée au montant qui, selon l’assureur de responsabilité du contractant, est payé pour le cas en question, plus une franchise à la charge de ce dernier dans le cadre de l’assurance. Les dommages directs s’entendent notamment des frais raisonnables engagés pour déterminer la cause et l’étendue des dommages; les coûts raisonnables engagés pour que le rendement de l’entrepreneur soit conforme à la convention et les coûts raisonnables engagés pour prévenir ou limiter les dommages.
4. Si, pour une raison quelconque, l’assureur de responsabilité ne verse pas – conformément au paragraphe 3 du présent article – la responsabilité du contractant est limitée au montant des frais facturés pour l’exécution de la cession. Si la cession concerne un contrat de performance continue d’une durée supérieure à un (1) an, le montant susmentionné est alors fixé à une fois le montant des frais facturés au client dans les douze mois précédant la survenance du dommage. . En aucun cas, le montant total de l’indemnisation au titre de ce paragraphe ne dépassera 300 000 euros par manquement imputable, sauf si les parties – compte tenu de l’ampleur de la cession ou des risques liés à la cession – voir la raison de la conclusion s’écarter du maximum prévu dans l’accord.
5. Une série cohérente de lacunes attribuables compte pour une (1) faute attribuable.
6. Les limitations de responsabilité incluses dans cet article ne s’appliquent pas si et dans la mesure où il existe une intention ou une imprudence délibérée de la part du contractant ou de sa direction.
7. Le client est tenu de prendre des mesures pour limiter les dommages. L’entrepreneur a le droit d’annuler ou de limiter les dommages en réparant ou en améliorant les travaux.
8. Le client garantit le contractant vis-à-vis des tiers des dommages résultant du fait que le client ne lui a pas fourni de documents incorrects ou incomplets.
9. Le client garantit l’entrepreneur contre les prétentions de tiers (y compris les employés de l’entrepreneur et les tiers engagés par celui-ci) qui subissent un dommage lié à l’exécution de la cession, qui résulte de gestes ou omissions du client ou de situations dangereuses son entreprise ou organisation.
10. Les dispositions des paragraphes 1 à 9 du présent article concernent à la fois la responsabilité contractuelle et non contractuelle du contractant à l’égard du client.

Article 12. ANNULATION

1. Le client et le contractant peuvent résilier le contrat à tout moment (prématurément) sans respecter de délai de préavis au moyen d’un avis écrit adressé à l’autre partie. Si l’accord prend fin avant la fin de la cession, le client devra payer ces frais conformément aux heures spécifiées par l’entrepreneur pour les travaux exécutés pour le client.
2. Si le client procède à une annulation (prématurée), le contractant a droit à une indemnité pour la perte d’occupation encourue et à être rendue plausible de son côté, à une indemnité pour les coûts supplémentaires déjà supportés par le contractant et à une indemnisation pour les coûts résultant de l’annulation de les tiers engagés (tels que, entre autres, les coûts liés à la sous-traitance).
3. Si l’entrepreneur procède à l’annulation (intérimaire), le client est en droit de coopérer au transfert des travaux à des tiers, sauf en cas d’intention délibérée ou d’imprudence de la part du client, à la suite de quoi l’entrepreneur est contraint de procéder à l’annulation. aller. Une des conditions du droit à la coopération, tel que déterminé dans ce paragraphe, est que le client ait payé toutes les avances en souffrance sous-jacentes ou toutes les factures.

Article 13. DROIT DE SUSPENSION

1. Le contractant est autorisé, après un examen attentif des intérêts, à suspendre l’exécution de toutes ses obligations, y compris la délivrance de documents ou d’autres éléments au client ou à des tiers, jusqu’au paiement intégral de toutes les créances dues au client.
2. Le premier paragraphe ne s’applique pas aux documents du client qui n’ont pas (encore) été traités par l’entrepreneur.

Article 14. DELAI D’EXPIRATION

Sauf stipulation contraire dans les présentes conditions générales, les droits et autres pouvoirs du client pour quelque cause que ce soit vis-à-vis de l’entrepreneur en relation avec l’exécution des travaux par le contractant deviennent caducs, en tout état de cause après un an à compter de la date à laquelle le client est devenu connu ou raisonnablement connu. avec l’existence de ces droits et pouvoirs. Cette période ne concerne pas la possibilité de soumettre une plainte au (x) organisme (s) désigné (s) pour traiter les plaintes et / ou à la Commission pour le règlement des litiges.

Article 15. COMMUNICATION ÉLECTRONIQUE ET DÉPÔT ÉLECTRONIQUE DE RAPPORTS ANNUELS

1. Au cours de l’exécution de la mission, le client et le contractant peuvent communiquer entre eux par voie électronique et / ou utiliser le stockage électronique (tel que des applications en nuage). Sauf convention écrite contraire, les parties peuvent supposer que l’envoi de télécopies, de courriers électroniques (y compris de courriers électroniques envoyés via Internet) et de messages vocaux correctement adressés, qu’ils contiennent ou non des informations confidentielles ou des documents relatifs à la cession accepté encore et encore. Il en va de même pour les autres moyens de communication utilisés ou acceptés par l’autre partie.
2. Le client et le contractant ne sont pas responsables l’un envers l’autre des dommages pouvant en résulter pour l’un ou pour l’autre résultant de l’utilisation de moyens de communication électroniques, réseaux, applications, stockage électronique ou autres systèmes, y compris, sans toutefois s’y limiter, les dommages. en raison de la non-livraison ou du retard dans la livraison de communications électroniques, d’omissions, de distorsions, d’interceptions ou de manipulations de communications électroniques par des tiers ou par des logiciels / équipements utilisés pour l’envoi, la réception ou le traitement de communications électroniques, le transfert de virus et non fonctionnement inadéquat du réseau de télécommunication ou de tout autre moyen requis pour la communication électronique, sauf dans la mesure où le dommage résulte d’une faute intentionnelle ou d’une négligence grave. Ce qui précède s’applique également à l’utilisation que le contractant en fait dans ses contacts avec des tiers.
3. Outre le paragraphe précédent, le contractant décline toute responsabilité pour les dommages causés par ou liés à l’envoi électronique de rapports annuels (électroniques) et à son archivage numérique auprès de la Chambre de commerce.
4. Le client et l’entrepreneur feront ou omettront de faire tout ce que l’on peut raisonnablement attendre de chacun d’eux pour prévenir les risques susmentionnés.

5. Les extraits de données des systèmes informatiques de l’expéditeur fournissent une preuve convaincante du contenu de la communication électronique envoyée par l’expéditeur jusqu’à ce que le destinataire en ait fourni la preuve.
6. Les dispositions de l’article 11 s’appliquent en conséquence.

Article 16. AUTRES DISPOSITIONS

1. Si le contractant exécute des travaux sur le site du client, celui-ci garantit un lieu de travail approprié, conforme aux normes légales en matière de santé et de sécurité et aux autres réglementations applicables en matière de conditions de travail. Le client doit veiller à ce que, dans ce cas, le contractant dispose de bureaux et d’autres installations qui, à son avis, sont nécessaires ou utiles pour exécuter le contrat et qui répondent à toutes les exigences (légales) à remplir. En ce qui concerne les installations (informatiques) mises à disposition, le client est tenu d’assurer la continuité, notamment par le biais de procédures de sauvegarde, de sécurité et de contrôle des virus adéquates. L’entrepreneur appliquera les procédures de contrôle des virus lorsqu’il utilisera les installations du client.
2. Le client n’engagera ni ne sollicitera aucun employé impliqué dans l’exécution des travaux pour engager le client, que ce soit temporairement, directement ou indirectement, ou directement ou indirectement au profit du client, qu’il soit employé ou non. à exécuter pendant la durée de la convention ou de toute prolongation de celle-ci et au cours des 12 mois qui suivent.
3. Les présentes conditions générales ont été rédigées en néerlandais et en anglais. En cas de différence ou d’incohérence entre les textes anglais et néerlandais, le texte néerlandais est contraignant.
4. Dispositions de la cession qui, expressément ou de par leur nature, doivent également rester en vigueur après l’expiration ou la résiliation de la cession, restent en vigueur après la date d’expiration ou de la résiliation, y compris également les articles 6, 8, 9, 11, 16, paragraphe 2 et 17.

Article 17. DROIT APPLICABLE ET CHOIX DU FORUM

1. Le contrat est régi par le droit néerlandais.
2. Tous les litiges seront réglés par le tribunal compétent du district dans lequel le contractant est établi.
3. Les dispositions des paragraphes 1 et 2 du présent article s’entendent sans préjudice de la possibilité pour le client de soumettre un différend à la commission des litiges et / ou de déposer une réclamation auprès du contractant lui-même, de la chambre des comptes (droit disciplinaire) ou du comité de traitement des plaintes. (droit de plainte).

Article 18. RÉCLAMATION DE RÉCLARATION

1. Si une disposition des présentes conditions générales ou de la cession / convention sous-jacente est totalement ou partiellement invalide et / ou non valide et / ou non exécutoire, cela résulte d’une disposition légale, d’une décision de justice ou autrement. n’ont aucune conséquence sur la validité de toutes les autres dispositions des présentes conditions générales ou de la cession / convention sous-jacente.
2. Si une disposition de la cession ou une partie de la cession ne peut pas être invoquée légalement, la partie restante de la cession reste pleinement en vigueur, étant entendu que la disposition de la partie qui ne peut pas être invoquée, il doit être considéré comme ayant été adapté de manière à ce que le recours à celui-ci soit possible, de telle sorte que l’intention des parties concernant la disposition d’origine ou la partie d’origine soit maintenue autant que possible.